Glossaire

Art déco – style moderniste international populaire de 1920 à 1940. Privilégiant les formes épurées, géométriques et essentiellement décoratives, ce mouvement artistique s’est manifesté surtout dans l’architecture, la mode, la publicité et les arts visuels. L’Art déco a défini l’esthétique des « années folles ». 

Art nouveau – style décoratif international ayant pris naissance en 1890 et s’étant imposé jusqu’en 1905, privilégiant les lignes courbes inspirées de la botanique et plus particulièrement des fleurs. L’Art nouveau s’est manifesté dans l’architecture, la décoration d’intérieur, la mode, les affiches et les arts décoratifs en général.

Avant-garde – qui se situe à la fine pointe du changement et de l’innovation, dont la démarche se caractérise par l’audace et le refus des conventions héritées du passé.

Bauhaus (mouvement) – courant artistique ayant pour origine une école allemande du même nom, fondée par l’architecte Walter Gropius à Weimar en 1919, qui a poursuivi ses activités jusqu’en 1934, alors que ses responsables l’ont fermée sous la pression des nazis. Fondé sur une approche qui associait les beaux-arts aux arts appliqués, ce mouvement a exercé une influence considérable sur l’architecture moderne, en plus de façonner les développements subséquents dans les arts, le graphisme, la décoration intérieure et le design industriel.

Beaux-Arts (style) – style architectural élaboré et formaliste se caractérisant par la symétrie et la profusion d’ornements en relief, surtout présent dans la conception des grands bâtiments publics.

Cadre ou contexte – le lieu et l’époque où se déroule l’action; par exemple, une plage sur le littoral de la Nouvelle-Écosse, par un matin de juillet 1960.

Climat – sensation ou ambiance communiquée à l’auditoire en lien avec ce qu’il voit ou entend sur la scène.

Complémentaire – qui complète ou parachève un tout.

Couleurs complémentaires – deux couleurs, mélangées ensemble, produisent toujours une troisième couleur. On qualifie de « complémentaires » toute paire de couleurs dont la combinaison produit la lumière blanche.

Concepteur/conceptrice – membre d’un groupe d’artistes de théâtre qui participe activement au développement de la scénographie (la définition et l’élaboration, en collégialité, de l’univers visuel d’une production théâtrale).

Concepteur/conceptrice d’éclairages – au théâtre, artiste qui conçoit les éclairages d’une production.

Concepteur/conceptrice de décors – artiste chargé(e) d’imaginer l’aspect du décor d’une production théâtrale, d’en dresser les plans et de créer la maquette qui aidera l’équipe de production à en établir le coût et à le construire; aussi appelé(e) concepteur/conceptrice scénographe.

Contemporain – qui appartient à la même époque; qui vit dans la même période de l’histoire (les « artistes contemporains » sont ceux qui vivent aujourd’hui, en même temps que nous; Haydn est un « contemporain » de Mozart).

Coupe (dessin architectural) – une vue en coupe (aussi appelée tout simplement « coupe ») est la projection d’une structure sur un plan sécant (« coupé ») vertical, de la même façon qu’une projection horizontale est un plan « vu de haut ».

Décor – ce que l’auditoire peut voir sur la scène, qui détermine le lieu et le moment de l’action, c’est-à-dire l’endroit précis où l’action se déroule.

Deus ex machina – à l’origine, mécanisme servant à faire entrer en scène une divinité, dans le théâtre grec antique, pour résoudre une situation désespérée vers la fin de la pièce; l’expression désigne aujourd’hui toute solution inattendue ou invraisemblable qui vient dénouer l’intrigue à la dernière minute.

Directeur/directrice de production – personne ayant pour fonction de veiller à tous les aspects conceptuels et techniques d’une production théâtrale; responsable du budget, de l’embauche, de l’approbation de la scénographie, de la logistique, de l’établissement du calendrier, et de la création de tous les éléments requis dans les délais fixés.

Élévation (dessin architectural) – représentation graphique d’une des faces extérieures d’un bâtiment ou d’une construction; dessin sans perspective d’une façade, montrant tous les détails d’une structure vue de face, et étiquetée en fonction du point cardinal vers lequel cette structure est orientée (par ex. : élévation de la façade est).

Époque – au théâtre, désigne une époque historique particulière qui oriente la conception des décors et des costumes. On dira, par exemple, que la pièce est jouée en costumes d’époque.

Esthétique – étude/philosophie de la nature et des formes de la beauté.

Expressionnisme – mouvement culturel ayant pris son élan en Allemagne au début du vingtième siècle, d’abord dans la poésie et la peinture et, par la suite, dans l’architecture, la musique, la littérature, le cinéma, la danse et le théâtre. Phénomène d’avant-garde, né en réaction aux tendances artistiques antérieures, l’expressionnisme recherchait une vision entièrement subjective du monde, produisant des effets saisissants de distorsion du réel reflétant divers états émotifs.

Farce – forme extrême de comédie caractérisée par l’action rapide, les acrobaties gestuelles, la bouffonnerie et les situations extravagantes.

Fronton – en architecture, couronnement triangulaire que l’on retrouve le plus souvent au-dessus des portes, dérivé de l’architecture classique.

Habilleur/habilleuse du décor – personne chargée d’ajouter les articles décoratifs au décor (« accessoires de décor ») s’il y a lieu – par exemple, des tableaux ou des affiches sur un mur, des objets épars sur un pupitre.

Icône – littéralement : « image »; œuvre d’art à caractère religieux, généralement une peinture sur bois, traditionnelle dans l’Église d’Orient (orthodoxe). Par extension, désigne aussi un personnage, un animal, une figure, un bâtiment, un objet reconnu pour symboliser une idée, un courant ou certaines qualités. (Par exemple, la feuille d’érable qui orne le drapeau canadien peut être considérée comme une icône.)

Impressionnisme – mouvement pictural apparu en France dans les années 1880, caractérisé par une touche très apparente, une prédilection pour la lumière, un sens aigu du mouvement et une iconographie attachée aux objets de la vie courante.

Laterna Magika – compagnie de théâtre basée à Prague, ayant fait ses débuts à l’Expo ‘58 de Bruxelles et ses débuts canadiens à l’Expo ‘67 de Montréal, considérée comme un acteur-clé du développement du théâtre tchèque moderne. Les représentations non verbales de la compagnie associent la danse, le cinéma, le théâtre et la technologie, et mettent à contribution des projections parallèles sur des écrans multiples en interaction avec les interprètes sur scène. Le célèbre concepteur scénographe Josef Svoboda  en a été l’un des fondateurs, de concert avec Alfréd Radok.

Littéral – qui s’en tient strictement au sens premier des mots employés, « à la lettre », à l’exclusion de toute image ou de tout sens figuré; par extension, désigne un discours sans imagination, factuel, ne se prêtant à aucune extrapolation.

Maquette – représentation à l’échelle, en trois dimensions, du décor d’une production théâtrale, conçue pour servir de guide à la construction dudit décor.

Métaphore –figure de rhétorique qui consiste à comparer deux choses dissemblables pour en faire ressortir certaines similitudes. Dans la métaphore, la comparaison est implicite et se construit sans utiliser les mots « comme », « tel », « pareil à », etc. Par exemple : Si leur relation était un duo de jazz, elle en était la clarinette. 

Metteur(e) en scène – personne responsable de toutes les décisions artistiques dans le cadre d’une production théâtrale, oeuvrant en collaboration avec l’équipe de création artistique et l’équipe technique. Le/la metteur(e) en scène choisit et dirige les comédiens, et veille à l’intégration de tous les éléments d’une production.

Minimalisme – courant essentiellement américain qui s’est développé en peinture et en sculpture dans les années 1960. Tournant le dos aux fonctions décorative et figurative de l’art ainsi qu’au « ressenti », le minimalisme ou art minimal prônait le dépouillement et l’absolue simplicité de la forme. Son influence s’est aussi fait sentir dans la musique, le design, l’architecture, le théâtre, la littérature et la danse.

Modernisme – approche caractéristique du vingtième siècle se traduisant par une rupture avec la tradition dans les champs de l’art, de l’architecture, de la religion, de la musique, de la littérature; tendance au scepticisme et à la remise en question des croyances établies; recherche et mise à l’essai de formes et de procédés nouveaux.

Monographie – écrit – brochure, livre ou article – traitant d’un seul sujet.

Octogone – polygone possédant huit angles et huit côtés (octogonal – en forme d’octogone).

Plan (architectural) – Dessin à l’échelle d’un bâtiment ou, au théâtre, d’un décor.

Projection horizontale – plan au sol d’un bâtiment, d’une construction, d’un espace scénique vu de haut, en deux dimensions.

Réalisme – mouvement global apparu dans la littérature et le théâtre au XIXe siècle, visant à présenter, dans les textes dramatiques et les représentations théâtrales, la vie « telle qu’elle est », plutôt qu’une vision idéalisée ou sentimentale de l’existence.

Salle – partie d’un théâtre ouverte au public, par opposition à la scène et à l’arrière-scène (coulisses). Les activités de la salle comprennent la billetterie, les placeurs (aussi appelés « ouvreurs ») et l’animation du foyer.

Scénographie – conception de tous les éléments qui contribuent à l’ambiance et au climat d’une présentation théâtrale, établie en collégialité par les artistes créateurs qui œuvrent aux éclairages, au son, au décor et aux costumes de la pièce.

Standing ou prestige – position relative qu’occupe une personne dans la hiérarchie sociale par rapport à d’autres (souvent liée aux conditions sociales et économiques); par exemple : Son prestige de dramaturge a augmenté depuis qu’il a remporté un prix du Gouverneur général.

Thème – idée principale ou message que véhicule une œuvre d’art.