Les compositeurs et leur musique

Buhr

Glenn Buhr (né en 1954, à Winnipeg, au Manitoba) est un compositeur prolifique dont les œuvres ont été reprises par des ensembles de musique chambre, des solistes et des orchestres à travers le monde. Buhr est un ardent défenseur de musique nouvelle au Canada et a été un des cofondateurs du Festival de musique nouvelle de l'Orchestre symphonique de Winnipeg. Ses œuvres Akasha (Sky) et Jyotir sont toutes deux des commandes reçues d'ensembles canadiens; elles ont été influencées par la culture et la musique en provenance de l'Inde. Écoutez la façon dont ces œuvres illustrent leur nom : akasha, en sanskrit, signifie espace ou ciel, alors que jyotir signifie brillance.

Photo du compositeur Glenn Buhr

Portrait du compositeur Glenn Buhr

Evangelista

José Evangelista est né à Valence, en Espagne, en 1943. Après y avoir étudié tant la physique que la musique, il s'est installé à Montréal en 1970, où il a étudié la composition. Il a mis sur pied un atelier de gamelan balinais à l'Université de Montréal, où il est professeur, et a reçu des commandes d'orchestres et d'ensembles tant canadiens qu'étrangers. Air d'Espagne fait appel à l'héritage culturel espagnol d'Evangelista. Il s'agit d'une collection de 15 arrangements pour orchestre à cordes; ceux-ci sont basés sur différentes mélodies folkloriques espagnoles, dont des berceuses, de la musique populaire et religieuse, et des chants de travail.

Photo du compositeur José Evangelista

Portrait du compositeur José Evangelista

Gellman

Steven Gellman, né à Toronto en 1947, écrivait déjà de la musique à l'âge de 9 ans. Deux ans plus tard, il a entrepris des études poussées en théorie, en composition et en piano. À l'âge de 15 ans, Gellman avait joué son propre concerto pour piano avec l'Orchestre de la CBC. Il a poursuivi ses études en composition de 1973 à 1976, aux côtés d'Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris. Depuis son retour au Canada, en 1976, Gellman enseigne à l'Université d'Ottawa.

Jaya Overture a été composée en 1995, à la suite d'un voyage qu'a fait Gellman au Népal et au Tibet et où il a été témoin de l'oppression de grandes cultures spirituelles. Gellman en est revenu fortement marqué, ce qui l'a mené à ardemment souhaiter la liberté pour chacun. Ce désir est palpable dans son œuvre : en effet, jaya est l'ancien mot sanskrit pour victoire. Ce terme fait également référence au tâla, un mode rythmique hindou que l'on entend dans l'œuvre. Jaya Overture est une commande du Centre national des Arts et a été la première en a été exécutée par l'Orchestre du CNA.

Photo du compositeur Steven Gellman

Portrait du compositeur Steven Gellman

Glick

Srul Irving Glick (1934-2002) est né à Toronto et a été très jeune initié à la musique. Son frère était un clarinettiste accompli et son père était cantor, chargé de chanter dans les offices religieux, à la synagogue comme à la maison. Glick a fait ses études à l'Université de Toronto et à Paris, en France. Par la suite, il a enseigné la musique au Conservatoire royal de musique ainsi qu'à l'Université York, a été réalisateur à la CBC et directeur de chœur ainsi que compositeur en résidence à la synagogue Beth Tikvah, où il a composé la majeure partie de ses œuvres liturgiques. M. Glick est un des compositeurs canadiens les plus prolifiques et, en 1992, pour souligner le 125e anniversaire de la Confédération, il a reçu la médaille du Gouverneur général « pour sa contribution à la culture canadienne ». La Suite hébraïque no 1, dédiée à ses parents, a été composée en 1961 et témoigne de l'importance qu'attache Glick au judaïsme. Chacun des six mouvements de cette œuvre représente une différente ambiance ou encore une description d'un aspect du mode de vie juif.

Photo du compositeur Srul Irving Glick

Portrait du compositeur Srul Irving Glick

Murphy

Kelly-Marie Murphy est née en 1964, en Italie, dans une famille de militaires canadiens. Elle a fait la plupart de ses études à Calgary, en Alberta, mais est également détentrice d'un doctorat de l'Université de Leeds, en Angleterre. Elle a reçu des commandes d'œuvres pour diverses combinaisons musicales : solo, ensembles, électro-acoustiques et orchestrales. Sa toute première œuvre orchestrale, From the Drum Comes a Thundering Beat, est une commande que la CBC lui avait faite à l'intention de l'Orchestre symphonique de Winnipeg. Elle puise son inspiration d'une légende du peuple zuñi, un peuple pueblo du sud-ouest des États-Unis. L'histoire raconte que le peuple zuñi, qui souhaitait une musique nouvelle, a fait la rencontre d'aînés qui lui ont fait découvrir une musique et une danse qui s'ouvraient au rythme de tambours si bruyants que la grotte en avait tremblé. Aux yeux de Murphy, cette légende décrit le processus créatif – le passage du désir de création à l'acte de création. Dans son œuvre, elle a illustré la notion d'énergie catalytique au moyen du tambour, et a porté à l'avant-plan la pulsation, qui est au cœur de la musique et de la vie.

Photo du compositeur Kelly-Marie Murphy

Portrait du compositeur Kelly-Marie Murphy

Crédits et droit d'auteur

  • Support image : Glenn Buhr
    Centre de musique canadienne
  • Support image : José Evangelista
    M. Asencio
  • Support image : Steven Gellman
    Leonard Burnstein
  • Support image : Srul Irving Glick
    Srul Irving Glick
  • Support image : Kelly-Marie Murphy
    Donald Lee
Musée virtuel du Canada

Pour accéder à l’ensemble des ressources pédagogiques numériques et des plans de leçons, veuillez consulter le Centre d'apprentissage en ligne du Musée virtuel du Canada.