Robert Aitken

Né à Kentville (Nouvelle-Écosse), le 28 août 1939;
vit actuellement à Toronto.

Robert Aitken est sans aucun doute le musicien le plus polyvalent, le plus éminent et le plus accompli du Canada. Il est à la fois flutiste, chef d’orchestre, professeur, administrateur et champion de la musique nouvelle. Les facettes qui l’emportent chez ce musicien sont de loin celles de flutiste, de compositeur et d’enseignant.

Les premières années

Aitken raconte qu’en 1939, année de sa naissance, il n’y avait pas un seul professeur de flûte en Nouvelle-Écosse. C’est en Pennsylvanie, alors qu’il était tout jeune, qu’il a pris ses premières leçons de flûte. Vers la fin des années 1950, il étudie professionnellement avec Nicholas Fiore au Conservatoire royal de musique de Toronto. À peine âgé de 19 ans, il décroche le poste de flûte solo de l'Orchestre symphonique de Vancouver, devenant ainsi le plus jeune chef de pupitre dans l'histoire de l'orchestre. Pendant son séjour à Vancouver, il suit des cours de composition auprès de Barbara Pentland. Aitken n’est resté qu’une année à Vancouver et est revenu à Toronto en 1959 pour étudier la musique électronique avec Myron Schaeffer et la composition avec John Weinzweig. De 1964 à 1965, il poursuit ses études de flûte en Europe grâce à une bourse du Conseil des Arts du Canada, auprès de grands musiciens tels que Jean-Pierre Rampal à Paris et Nice, Severino Gazzelloni à Rome, André Jaunet à Zurich et Hubert Barwähser à Amsterdam. Cependant, c’est le légendaire Marcel Moyse, avec qui il étudie de façon intermittente durant neuf ans au Vermont et en Europe, qui fut le professeur de flûte le plus important d’Aitken.

Aitken le flûtiste

Après une seule année à l'Orchestre symphonique de Vancouver, Aitken occupe divers postes, notamment à l'Orchestre symphonique de la SRC (1960-1964, deuxième flûte), à l'orchestre du Festival de Stratford (1962-1964, flûte solo) et à l'Orchestre symphonique de Toronto (1965-1970, flûte solo associé). Par la suite, il s’est consacré à la musique de chambre et s’est produit comme soliste avec pratiquement tous les grands orchestres du Canada et beaucoup d’autres formations à l’étranger. Les critiques tendent à souligner son énorme registre de nuances et de couleurs et sa sensibilité au phrasé. En 1997, Scott Paterson décrivait Aitken de la manière suivante dans Classical Music Magazine : « C'est un des plus grands flûtistes du Canada. D'un goût impeccable, il a un talent extraordinaire pour définir et modeler les concepts musicaux. » La discographie d'Aitken comprend une quarantaine d'enregistrements consacrés à un répertoire allant de Bach et Telemann à une multitude d'œuvres contemporaines canadiennes, y compris les siennes.

Aitken le compositeur

Aitken a composé à peine une vingtaine d'œuvres, mais malgré leur petit nombre, ces compositions revêtent une grande importance. Ce sont toutes des compositions instrumentales, le plus souvent pour des ensembles de musique de chambre. Elles sont toutes destinées à la flûte solo ou font appel à une ou plusieurs flûtes, à l'exception de la Suite pour violon et piano. Sa plus récente création est Solesmes, une œuvre pour 24 flûtes, présentée à la National Flute Convention de New York, en août 2009. Plus d'un millier de flûtistes assistait à ce congrès. Aitken reçoit des commandes de l'Orchestre du Centre national des Arts (Spiral), de l'Orchestre national des jeunes du Canada, des Elmer Iseler Singers ainsi que d'autres organisations.

Aitken le professeur

Aitken a enseigné la flûte au Conservatoire royal de musique de Toronto de 1957 à 1968 et à l'Université de Toronto de 1960 à 1975. Par ailleurs, il a enseigné à la Shawnigan Summer School of the Arts de 1972 à 1981. De 1985 à 1989, il dirige le programme d'études musicales avancées au Centre d'arts de Banff. En Allemagne, il est professeur à la Staatliche Hochschule für Musik de Fribourg de 1988 à 2004. En outre, il a été invité à de brèves résidences d'artiste et il a donné des ateliers de maître à Cuba, au Mexique, en Islande, en Nouvelle-Zélande, aux Philippines, en Chine, aux États-Unis, dans de nombreux pays d'Europe et, bien entendu, partout au Canada.

Élargir le répertoire

Plus de cinquante œuvres ont été écrites pour Robert Aitken, par des Canadiens, mais également par d'éminents compositeurs de nombreux autres pays. Parmi les compositeurs canadiens, mentionnons John Beckwith, Norma Beecroft, Robert Fleming, Harry Freedman, Bruce Mather, Oscar Morawetz, François Morel, Barbara Pentland, R. Murray Schafer, Norman Symonds, John Weinzweig et, bien entendu, lui-même (Berceuse pour flûte et orchestre, Concerto pour orchestre de flûtes, Concerto pour flûte et orchestre à cordes et bien plus encore). Des compositeurs des États-Unis (Elliott Carter, George Crumb, Roger Reynolds), du Japon (Kazuo Fukushima, Toru Takemitsu), du Mexique (Manuel Enriquez), de Norvège (Arne Nordheim) et d'ailleurs ont également écrit des œuvres pour Aitken. Soucieux d'élargir le répertoire de la musique contemporaine – pour la flûte, mais aussi pour d'autres instruments – il a participé également à la création d’œuvres de nombreux autres compositeurs, notamment John Cage, Lukas Foss, Jo Kondo, Nikos Mamangakis et Thorkell Sigurbjörnsson.

Prix et distinctions

Il n'est pas surprenant que Robert Aitken ait récolté une quantité impressionnante de prix et distinctions. Dès 1969, la Ligue canadienne des compositeurs lui décerne la Canada Music Citation. Par la suite, il reçoit le prix Harold Moon de PRO Canada, la médaille du Conseil canadien de la musique, le prix du Roy Thomson Hall et le prix national de musique Jean A. Chalmers. En 2003, la National Flute Association lui remet un prix pour l'ensemble de sa carrière, à Las Vegas. Il est nommé à l'Ordre du Canada en 1994 et devient Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 1997.

Le prix Walter Carsen

Le plus récent prix important remporté par Aitken est le prix Walter-Carsen d'excellence en arts de la scène, un prix doté d'une bourse de 50 000 $ qui lui a été décerné en octobre 2009. Le Conseil des Arts du Canada administre et présente ce prix qui reconnaît le plus haut niveau d'excellence artistique et la carrière exceptionnelle d'un artiste professionnel canadien en musique, danse et théâtre. (R. Murray Schafer, un autre compositeur figurant dans la Frise chronologique du CNA est lui aussi un lauréat du prix Carsen.) En remettant le prix à Aitken, le comité a déclaré : « Robert Aitken a fait preuve, pendant un demi-siècle, d’un dévouement sans faille envers l’épanouissement, la présentation et la promotion de [la musique canadienne] aux quatre coins de la planète. Comme flûtiste, compositeur, interprète et enseignant, il s’est illustré comme un distingué novateur et continuera à exercer une solide influence sur les générations à venir. »