Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Dance 101

Glossaire de l'anatomie humaine

L’anatomie humaine est la branche de la science qui étudie la structure et les fonctions du corps humain.

Le corps humain est l’instrument par lequel s’exprime le danseur. Comprendre le fonctionnement de son corps peut aider un danseur ou une danseuse à garder la forme, à rehausser ses qualités d’interprète, à acquérir une meilleure confiance en ses moyens et à prolonger sa carrière, en plus de lui éviter des blessures. Même en cas de blessure, une bonne connaissance de l’anatomie humaine est un atout précieux pour faciliter la guérison et la réadaptation.

I. Termes d’anatomie les plus courants

Position anatomique : En anatomie humaine, les descriptions sont toujours faites à partir de la position anatomique de référence. Cette position peut être orientée de manière à décrire les différentes régions du corps, ou la direction d’un mouvement par rapport au plan médian ou à une autre partie du corps. À partir de la position anatomique de référence, on peut définir les orientations suivantes :

  1. Céphalique – vers la tête
  2. Caudale – vers les pieds
  3. Antérieure – vers l’avant du corps
  4. Postérieure – vers l’arrière du corps
  5. Médiale – vers le milieu du corps (plan médian)
  6. Latérale – vers le côté du corps par rapport au plan médian

Cavités du corps : Contiennent les organes internes. Outre la cavité crânienne, les principales cavités du corps humain sont au nombre de trois :

  1. La cavité thoracique est l’espace situé au-dessus du diaphragme. Elle contient le cœur et les poumons, et est soutenue et protégée par la cage thoracique qui comprend les côtes, le sternum et le rachis dorsal (les douze vertèbres dorsales).
  2. la cavité abdominale, qui contient les viscères abdominaux, est située sous le diaphragme et repose sur le petit bassin ou pelvis, approximativement à la hauteur de la taille.
  3. La cavité pelvienne est située tout juste sous la cavité abdominale et repose sur le plancher pelvien.

Organe : Groupe de tissus accomplissant une ou plusieurs fonctions particulières. Par exemple, le cœur, les poumons, le foie et les reins sont tous des organes.

Plancher pelvien : Aussi appelé périnée, il s’agit d’un groupe de muscles qui s’étendent comme un hamac entre le pubis et le sacrum. Le plancher pelvien a notamment pour fonction de soutenir les organes internes.

Tissu : Groupement de cellules différenciées de la même façon et pour la même fonction, comprenant les cellules proprement dites et la substance intercellulaire. Les principaux tissus sont les épithéliums incluant le tissu glandulaire (glandes), les tissus conjonctifs incluant le tissu osseux (os), le tissu musculaire et le tissu nerveux.
Viscère : Tout organe mou interne.

haut de la page

II. Les fonctions organiques du corps

Appareils et systèmes : Ensemble d’organes et de structures qui concourent à accomplir une importante fonction du corps comme la respiration, la digestion, la locomotion ou les réactions aux stimuli extérieurs. La langue française fait une distinction très nette entre les deux : en anatomie fonctionnelle (étude des fonctions du corps), on parle d’appareils alors qu’en anatomie descriptive (étude des structures du corps), on parle plutôt de systèmes. En voici quelques exemples :

  1. Appareil circulatoire (ou système cardiovasculaire) : comprend le cœur et les vaisseaux sanguins (artères, veines et capillaires).
  2. Appareil digestif : comprend la cavité orale, le pharynx, l’estomac et les intestins.
  3. Système endocrinien : comprend les glandes endocrines, qui secrètent les hormones.
  4. Système tégumentaire : comprend la peau, les cheveux, les poils et les ongles.
  5. Système musculaire : comprend les muscles du squelette, les muscles lisses et le myocarde (muscle cardiaque).
  6. Système nerveux : comprend le cerveau, la moelle épinière, les nerfs périphériques et les organes sensoriels.
  7. Appareil respiratoire : comprend les voies respiratoires et les poumons.
  8. Système squelettique (squelette) : comprend les os et le cartilage.

Tous les systèmes et appareils sont essentiels au bon fonctionnement du corps ; pour un danseur, cependant, il est particulièrement utile de bien connaître les appareils et systèmes suivants :

  1. Les systèmes musculaire et squelettique sont souvent regroupés sous le nom de système musculosquelettique. La principale fonction de ce système est le mouvement (appareil locomoteur).
  2. Le système nerveux se divise en trois parties :
    • Le système nerveux central comprend le cerveau et la moelle épinière. C’est lui qui contrôle l’ensemble du système nerveux.
    • Le système nerveux périphérique comprend les tissus nerveux qui ne sont pas enchâssés dans la boîte crânienne ou la colonne vertébrale, à savoir les nerfs périphériques proprement dits et les organes sensoriels qu’ils stimulent dans les différentes régions du corps. Le système nerveux périphérique joue un rôle important dans l’équilibre du corps.
    • Le système nerveux autonome, aussi appelé neurovégétatif, comprend le système sympathique et le système parasympathique. Il a pour principale fonction de réguler et d’équilibrer le fonctionnement des viscères, et il agit de façon involontaire

haut de la page

III. Les os

Os (tissu osseux) : Tissu conjonctif spécialisé, dense et solide, composé de cellules osseuses (ostéocytes) prises dans une matrice de matière intercellulaire calcifiée. Les principales fonctions des os sont les suivantes :

  1. Protéger les organes vitaux
  2. Soutenir le corps
  3. Fournir un appui au mouvement en servant d’attaches aux muscles et aux tendons
  4. Fournir des attaches aux ligaments
  5. Emmagasinerd’importants sels minéraux comme le calcium
  6. Produire les globules rouges (érythrocytes) qui transportent l’oxygène et le carbone dans les tissus

Les os déterminent la forme et la structure du corps. Ils fournissent des attaches aux muscles et servent de leviers pour permettre le mouvement. Les os sont classés comme suit :

  1. Plats, par ex. la scapula (omoplate) et le sternum (os situé à l’avant de la cage thoracique)
  2. Irréguliers, par ex. l’astragale (os du tarse) et les vertèbres (os de la colonne vertébrale)
  3. Longs, par ex. le fémur (os de la cuisse) et le cubitus (l’un des os de l’avant-bras)
  4. Courts, par ex. l’os naviculaire ou scaphoïde (os court du tarse antérieur, situé dans l’arche du pied)
  5. Sésamoïdes, par ex. la rotule (petit os de l’articulation du genou, logé dans le tendon du muscle quadriceps fémoral)

Trochanter : Protubérance osseuse à laquelle sont rattachés les muscles situés entre le pelvis et la partie supérieure du fémur.

haut de la page

IV. La musculature et les termes qui y sont associés

Bassin : Le bassin est le « centre du corps » du danseur ; il joue un rôle important dans l’équilibre (centre de gravité) et la force corporels, et est rattaché aux muscles abdominaux (transverse de l’abdomen, grand droit, petit oblique de l’abdomen et grand oblique de l’abdomen), aux muscles du dos et aux muscles du plancher pelvien. Le diaphragme est aussi un élément important du « centre du corps » du danseur. Il importe de renforcer cette partie du corps pour maintenir une bonne posture et pour bien maîtriser les mouvements des membres.

Diaphragme : Le diaphragme est le muscle le plus important de la respiration. Il s’étend d’avant en arrière et d’un côté à l’autre de la cage thoracique, à la hauteur des dernières côtes. Après l’expiration, le diaphragme est bombé comme un dôme. Les poumons reposent sur le sommet de ce dôme ; quand ils se remplissent d’air, le diaphragme s’aplatit, repoussant les côtes vers le haut et les côtés du corps, et exerce une pression sur les viscères abdominaux : voilà pourquoi le volume de l’abdomen augmente quand on prend une profonde inspiration (inspiration forcée).

Muscles de l’articulation coxofémorale (articulation de la hanche) :

  1. Les adducteurs (par ex. le moyen adducteur, le petit adducteur et le grand adducteur) sont les muscles de l’intérieur de la jambe qui s’étendent à partir de la région de l’aine. Des adducteurs souples sont essentiels pour pouvoir exécuter le grand écart latéral.
  2. Les rotateurs latéraux (par ex. le muscle piriforme et les fibres postérieures du moyen fessier) sont des muscles internes de la région des fesses. Ils sont souvent très développés chez les danseurs de ballet, qui exécutent beaucoup de mouvements « en dehors » (en rotation externe, pieds écartés).
  3. Les rotateurs médiaux (par ex. le petit fessier et les fibres antérieures du moyen fessier) ont une double fonction de rotation interne (à l’opposé de la rotation externe) et d’abduction (déplacement de la jambe vers l’extérieur par rapport au plan médian). Ils forment le groupe de muscles antagonistes (produisant un mouvement opposé) des rotateurs latéraux.
  4. Les extenseurs (par ex. le grand fessier et le muscle ischio-jambier) sont mis à contribution pour soulever la jambe vers l’arrière, sauter et se relever d’une position accroupie.
  5. Les fléchisseurs (par ex. le muscle iliopsoas et le muscle droit antérieur) permettent le mouvement de la jambe vers l’avant et la flexion de la hanche pour amener le genou vers la poitrine.

Bandelette ilio-tibiale (ou bandelette de Maissiat) : Lame fibreuse tendue entre la face externe de l’articulation de la hanche et la partie inférieure de la jambe, tout juste sous l’articulation du genou. C’est un prolongement du muscle grand fessier, le plus grand des muscles fessiers.

Muscles ischio-jambiers : Groupe de muscles tendus à l’arrière de la jambe, du pelvis à la partie postérieure du genou, permettant les mouvements des hanches et des genoux. Le muscle demi-tendineux et le muscle demi-membraneux sont situés sur la face postérieure (médiale) de la jambe, et le muscle biceps crural se trouve sur la face latérale.

Muscle : Tissu contractile formé de fibres aux propriétés élastiques. Le muscle a la propriété particulière de pouvoir se raccourcir, se contracter et s’étirer. Généralement, un muscle trop étiré ou allongé manque de force. On distingue trois types de muscles :

  1. Les muscles lisses assurent principalement les mouvements des organes internes et leur action est involontaire.
  2. Le myocarde (muscle cardiaque) agit aussi de façon involontaire et constitue l’enveloppe du cœur.
  3. Les muscles squelettiques sont striés, parce qu’ils sont formés de différents groupes de fibres disposées en faisceaux. Ils se trouvent généralement dans les membres. Les muscles squelettiques, qui produisent le mouvement volontaire, sont ceux que le danseur utilise pour atteindre et maintenir une posture précise, pour amorcer et arrêter le mouvement d’un membre ou d’une autre partie de son corps, et pour s’étirer ou se renforcer.

Posture : Maintien d’une attitude particulière du corps. L’habileté du danseur à atteindre et maintenir certaines postures est fonction de la force et de la souplesse de son système musculosquelettique, ainsi que de l’équilibre et de la perception de son corps que lui permet son système nerveux.

Respiration : Permet de revitaliser les tissus. Quand le danseur inspire, il fait le plein d’oxygène – le « combustible » qui apporte l’énergie aux muscles et aux organes vitaux. Privé d’oxygène, le corps serait impossible à mouvoir ou à contrôler. La respiration aide aussi le danseur à percevoir plus nettement certains états physiques comme la tension et le relâchement musculaires.

Coiffe des rotateurs : Ensemble de quatre muscles qui s’étendent de la scapula (omoplate) à la partie supérieure de l’humérus (épaule). Ces muscles sont très importants pour assurer la stabilité et la mobilité de l’épaule dans tous ses mouvements. Les quatre muscles rotateurs de l’épaule sont le sus-épineux, le sous-épineux, le petit rond et le sous-scapulaire.

Tendon : Extrémité fibreuse d’un muscle qui le rattache au périoste (enveloppe des os). Les tendons sont résistants, mais ils ne sont pas élastiques. Ils sont longs à guérir en cas de blessure. L’un des tendons les plus connus est le tendon d’Achille, qui rattache les muscles du mollet (muscles jumeaux de la jambe et muscle soléaire) au calcanéum (os du talon).

haut de la page

V. Les articulations et les organes connexes

Bourse séreuse : Petit sac de tissu fibreux qui se retrouve généralement aux articulations. Il est tapissé par une membrane synoviale et contient de la synovie, un liquide visqueux ayant pour fonction de réduire le frottement entre le tendon et l’os, le tendon et le ligament, et partout ailleurs où un frottement est susceptible de se produire. [Voir : Bursite.]

Cartilage : Tissu conjonctif dense, blanc bleuté ou gris, semblable à celui qu’on peut trouver aux extrémités d’un os de poulet. Il existe différents types de cartilages :

  1. Le cartilage articulaire est une fine couche de tissu lisse et élastique située sur les surfaces articulaires des os. Il a pour fonction de protéger l’extrémité de l’os dans la région de l’articulation.
  2. Le ménisque est une lame de tissu cartilagineux prise en sandwich entre deux os. Les disques intervertébraux et les ménisques interne (médial) et externe (latéral) de l’articulation du genou en sont de bons exemples.
  3. Le cartilage cricoïde est un cartilage en forme d’anneau situé dans le segment inférieur du larynx (gorge).
  4. Le cartilage costal rattache l’extrémité des dix premières côtes (vraies côtes 1 à 7 et fausses côtes 8 à 10) au sternum.

Articulation : Point de jonction de deux ou plusieurs os et des éléments qui assurent cette jonction, comme les ligaments. On distingue trois types d’articulations, selon la nature et la conformation des tissus qui unissent les os :

  1. Articulations fibreuses : les os sont unis par du tissu fibreux (par ex. les sutures des os de la boîte crânienne).
  2. Articulations cartilagineuses : les os sont unis par du cartilage (par ex. les disques intervertébraux entre les vertèbres) ou par une combinaison de cartilage et de tissu fibreux (par ex. l’articulation sacro-iliaque).
  3. Articulations synoviales : les os sont unis par du cartilage et par une membrane synoviale située dans la cavité de l’articulation. Ce sont les articulations les plus nombreuses, celles qui permettent les mouvements des os qui y sont rattachés. Pratiquement toutes les articulations des membres sont synoviales. Elles tirent leur nom du liquide synovial qu’elles contiennent. Cette substance lubrifiante permet aux articulations du danseur de bouger librement et sans heurt.

Mouvements des articulations : Les articulations peuvent permettre des mouvements unidirectionnels (articulations uniaxiales) ou multidirectionnels. Une articulation en charnière comme celles du coude ou du genou est biaxiale, c’est-à-dire qu’elle permet des mouvements dans deux directions : flexion ou extension. Une articulation orbiculaire, comme celles de la hanche ou de l’épaule, est multiaxiale, c’est-à-dire qu’elle permet des mouvements dans plusieurs directions.

Capsule articulaire : Enveloppe recouvrant une articulation. Composée de tissu fibreux, elle permet aux divers éléments qui composent l’articulation, comme le cartilage, le liquide synovial et certains ligaments, de se maintenir en contact.

Ligament : Bande de tissu conjonctif fibreux, résistant et flexible, qui relie les os entre eux. Les ligaments permettent certains mouvements et en rendent certains autres impossibles à la jonction de deux os. Ce sont des structures passives sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Le ligament croisé antérieur du genou et le ligament croisé postérieur du genou en sont des exemples. Ces deux ligaments sont dits « croisés » parce qu’ils sont disposés en croix. 

haut de la page

VI. Blessures les plus fréquentes en danse

Bursite : Inflammation aiguë et douloureuse d’une bourse séreuse, généralement provoquée par la friction répétée d’un muscle contracté ou par un mouvement mal exécuté. La bursite de la hanche survient quand le tendon de la bandelette de Maissiat frotte sur le grand trochanter ou le fémur.

Entorse : Élongation, arrachement ou déchirure d’un ligament ; le degré de sévérité des entorses est classé selon un barème qui va de la cote 1 (entorse légère ou foulure) à la cote 3 (déchirure complète). Les entorses surviennent quand un ligament est trop fortement étiré ou quand une articulation est tournée dans la mauvaise direction – par exemple, quand on se « tourne la cheville » en faisant un faux pas. Il n’est pas rare que plus d’un ligament subissent des lésions en même temps.

Claquage : Rupture d’un certain nombre de fibres d’un muscle, dont le degré de sévérité est classé selon un barème qui va de la cote 1 (claquage mineur) à la cote 3 (déchirure complète). Le claquage survient le plus souvent à la suite de mouvements rapides exigeant une forte et soudaine contraction du muscle, en particulier quand le danseur n’est pas suffisamment réchauffé.

Périostite tibiale : Douleur localisée au niveau du tibia. Les causes de ce problème ne sont pas clairement établies, mais on sait que les périostites apparaissent souvent à la suite d’un effort prolongé ou répétitif de la jambe, dans le cadre d’activités qui imposent une mise en charge comme la course et le saut.

Fracture de fatigue : Rupture partielle d’un os. En danse, ces fractures sont souvent causées par des atterrissages répétés à la suite d’une série de sauts. Aux rayons X, elles apparaissent sous la forme de fissures rayant l’os. Pour guérir une fracture de fatigue, il est essentiel de reposer la jambe et de réduire le plus possible les pressions qui s’exercent sur l’os fracturé, ce qui oblige généralement les artistes à prendre congé de la danse pour quelque temps. Une périostite tibiale est l’une des conséquences les plus courantes d’une fracture de fatigue.

haut de la page

VII. Quelques notions d’anatomie

La voûte plantaire (cambrure du pied) est formée d’un ensemble d’os, dont l’os naviculaire constitue le point le plus élevé, ainsi que du fascia plantaire, une bande de tissu fibreux qui s’étend du talon à la saillie des orteils, de ligaments, dont le principal est le ligament calcanéo-naviculaire (scaphoïdien) plantaire qui agit comme une courroie soutenant l’os naviculaire (scaphoïde), et de muscles dont certains sont circonscrits au pied tandis que d’autres se rattachent aux os de la partie inférieure de la jambe (tibia et péroné). Le rôle premier de la voûte plantaire consiste à absorber les chocs.

Le membre supérieur (communément appelé le bras) se divise en deux parties : le bras proprement dit (de l’épaule jusqu’au coude) et l’avant-bras. L’os long du bras est l’humérus, qui s’étend de l’articulation multiaxiale orbiculaire de l’épaule jusqu’à l’articulation en charnière du coude. Le squelette de l’avant-bras se compose de deux os, l’ulna (cubitus) et le radius, qui vont du coude au poignet. Les principaux muscles du bras sont le muscle deltoïde, le triceps et le biceps. La plupart des muscles de l’avant-bras partent du coude et se prolongent dans la main, et contrôlent les mouvements du poignet et de la main.

Les artères sont les vaisseaux sanguins qui transportent le sang oxygéné, pompé par le cœur, vers les autres organes du corps. Une fois que les organes ont tiré du sang l’oxygène dont ils avaient besoin pour s’alimenter, un autre ensemble de vaisseaux sanguins, les veines, transportent le sang désoxygéné jusqu’au cœur, complétant ainsi le cycle de la circulation sanguine.

La température corporelle normale, pour un adulte sain au repos, est de 37 degrés Celsius.

La scapula ou omoplate agit comme une poulie à laquelle se rattachent des muscles de la tête, du cou, de la colonne vertébrale, du sacrum et du bras.

La colonne vertébrale se compose de sept vertèbres cervicales, de douze vertèbres thoraciques, de cinq vertèbres lombaires, de cinq vertèbres sacrées soudées entre elles (sacrum) et du coccyx (formé par la soudure de quatre vertèbres atrophiées), lequel constitue un vestige du squelette caudal humain. La moelle épinière, qui passe au centre des vertèbres, est un prolongement du cerveau et se termine à la hauteur des première et deuxième vertèbres lombaires. Au-delà de la deuxième vertèbre lombaire, le canal rachidien au centre de la colonne vertébrale contient un ensemble de racines nerveuses appelé queue de cheval, parce que sa forme évoque celle de l’appendice caudal d’un équidé.

Le corps humain présente différents niveaux d’organisation structurale. Depuis les atomes, molécules et composés, ces niveaux d’organisation croissent en taille et en complexité avec les cellules, les tissus, les organes et, finalement, les systèmes et appareils qui assurent les fonctions organiques du corps.

haut de la page

VIII. Références

Carola, R., Harley, J.P. et Noback, C., Human Anatomy, New York, McGraw Hill, 1992

Cabrol, C., Anatomie 1: appareil locomoteur, 2e édition, Paris, Flammarion, Médecine Sciences, 1993

Lundy-Ekman, Laurie, Neuroscience: Fundamentals for Rehabilitation, États-Unis, W.B. Saunders

Company, Elsevier Science, 2002

Moore, Keith L., Clinically Oriented Anatomy, 3rd edition, Williams & Wilkins, 1992

Moore, Keith L. et Dalley, Arthur F., Anatomie médicale, 4e édition, Belgique, De Boeck, 2001

Netter, Frank H., Atlas d'anatomie Humaine, 3e édition, Issy les Moulineaux (France), Masson, 2004

Taber's Cyclopedic Medical Dictionary, Philadelphie, F.A. Davis Company, 1993

haut de la page