Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Dance 101

Le saviez-vous?
Informations intéressantes sur la danse

Les interprètes sont-ils des athlètes?

Oui. Les interprètes sont des athlètes élites aussi bien que des artistes. Ils s'entraînent rigoureusement et doivent se garder en pleine forme, tout comme les athlètes professionnels, tels que les joueurs de basket-ball et de hockey. Les interprètes sont extrêmement souples et forts. Ils ont beaucoup d'endurance physique et mentale. En moyenne, les interprètes professionnels s'entraînent et répètent six heures tous les jours. Afin d'améliorer leur forme physique et leur technique, nombre d'entre eux ont des programmes d'entraînement variés qui comptent l'entraînement cardiovasculaire, la musculation, le yoga et le Pilates.

Qui a inventé les pointes?

Bien que la toe dancing était populaire à Londres dès les années 1820, la première ballerine à monter sur pointe avec des chaussons modifiés aurait été Marie Taglioni dans le ballet La Sylphide en 1832. Les premières pointes se rapprochaient davantage à des chaussons souples, reprisés plusieurs fois aux orteils. Aujourd'hui, les pointes sont composées de plusieurs couches de toile, de papier et de colle. La colle durcie produit la rigidité des chaussons.

Pourquoi les interprètes de danse irlandaise ne bougent-ils pas leurs bras?

En danse irlandaise contemporaine, les mains et les bras se tiennent fermement contre le long du corps. La restriction des bras facilite l'exécution de pas rapides et complexes. Plusieurs historiens proposent que l'absence de mouvements de bras soit un résultat de l'influence des curés, selon qui les bras rigides étaient moins « provocateurs ».

Quelle est la durée d'une carrière d'interprète?

Tandis que quelques interprètes continuent à danser dans la cinquantaine et plus, dont Peggy Baker, Trisha Brown et Alicia Markova, la plupart des interprètes arrêtent de danser en mi-trentaine en raison des exigences physiques du métier. Beaucoup d'interprètes continuent à travailler dans le milieu en tant que chorégraphe, enseignant, répétiteur ou directeur artistique. D'autres prennent des postes en administration, et deviennent, par exemple, directeur général ou diffuseur. Plusieurs interprètes retournent à l'école pour entreprendre une deuxième carrière. Nombreux sont ceux qui ont connu du succès dans les champs de la médecine, de l'art commercial, de l'ingénierie informatique et de l'enseignement, entre autres.

Est-ce que la capoeira est une forme de danse ou un art martial?

Les deux. La capoeira est un art martial qui mélange la danse, la musique, le chant et les acrobaties. Certains veulent que la forme vienne d'Afrique pendant que d'autres veulent que la capoeira se soit développée au Brésil, il y a trois à quatre cents ans. Les esclaves n'avaient pas le droit de se battre ou de se défendre, alors ils ont éliminé le contact direct entre les adversaires et transformé les gestes pour qu'ils ressemblent plus à la danse. Ainsi, ceux qui pratiquent la capoeira aujourd'hui sautent, culbutent, tournent et s'élancent pour surprendre leurs partenaires.

Pourquoi les interprètes de danse classique indienne portent-ils des cloches autour de leurs chevilles?

Dans le bharata natyam, le kathak et l'odissi, différentes formes régionales de danse classique indienne, les interprètes portent de lourds bracelets de cheville avec de multiples cloches appelées gungru ou ghungroo. Le ghungroo accentue le rythme des pieds de l'interprète. L'interprète porte jusqu'à 200 cloches, soit 100 cloches par cheville.

Quand et où le break dance est-il né?

Le break dance a commencé dans la région du Bronx à New York au début des années 1970, dans les gangs de rue des Afro-Américains. Les interprètes, nommés b-boys (le b est une abréviation de beat ), étaient en compétition l'un contre l'autre ; ils inventaient de nouveaux mouvements et essayaient de danser mieux et plus longtemps que leurs adversaires. Le break dance a eu un second souffle à la fin des années 1990 et est devenu populaire partout dans le monde.

Pourquoi les interprètes de danse moderne dansent-ils nu-pieds?

La danse moderne place beaucoup d'importance sur l'usage du corps en relation au sol, contrairement au ballet classique, où le travail en est un de résistance à la gravité. Danser nu-pieds permet à l'interprète d'entrer en contact direct avec le sol. À force de danser longtemps nu-pieds, la semelle du pied de l'interprète devient plus résistante. Plusieurs interprètes mettent du ruban adhésif sur les orteils ou la plante des pieds pour tourner et glisser plus facilement.

Une personne avec un handicap peut-elle danser?

Oui. Tout autour du monde, des femmes et des hommes qui souffrent d'une incapacité participent à la danse de façon récréative et professionnelle. Des compagnies de danse moderne professionnelles, telles qu' Axis Dance Company en Californie et CandoCo au Royaume-Uni, créent des ouvres pour des groupes d'interprètes de différentes capacités. De plus en plus de studios offrent des cours de danse pour des personnes de toutes capacités.

Combien faut-il d'interprètes de danse à claquettes...

...pour battre un record mondial? Le 24 mai 1998, le plus grand nombre d'interprètes de danse à claquettes se sont réunis pour une routine dans le square de la ville de Stuttgart en Allemagne. Dans une chorégraphie de Ray Lynch, 6 952 interprètes ont dansé pendant 2 minutes et 15 secondes. L'événement était organisé pour célébrer l'anniversaire de naissance de la légende américaine de la danse à claquettes, Bill « Bojangles » Robinson. Au deuxième rang, jusqu'à 6 000 interprètes de danse à claquettes se réunissent à New York chaque année pour Tap-o-Mania. Ils descendent la rue Broadway en souliers à claquettes dans le cadre de la parade annuelle de l'Action de grâces de Macy's.

Danser jusqu'à l'épuisement

Pendant la grande dépression, les marathons de danse étaient un moyen populaire d'oublier les préoccupations quotidiennes et gagner des prix en argent. Les danseurs dansaient à longueur de journée et se reposaient, en général, seulement quinze minutes par heure de danse. Les Américains Mike Ritof et Edith Boudreaux détiennent le record mondial. Du 29 août 1930 au 1 er avril 1931, ils ont dansé 5 154 heures et 48 minutes, c'est-à-dire 214 jours. Ils ont gagné 2 000 $ au Merry Garden Ballroom Dance Marathon à Chicago, Illinois. Enfin, les marathons de danse de l'ère de la grande dépression ont été bannis en raison des risques pour la santé que courraient les participants.

Pourquoi souhaiter « merde » à un interprète avant qu'il monte sur scène?

Le milieu de la danse pullule de superstitions. En souhaitant « merde » à un interprète avant un spectacle, une personne lui souhaite exactement le contraire de ce qu'il espère va se produire sur scène. Avant un spectacle, certains interprètes suivent des routines très précises pour leur coiffure et leur maquillage. D'autres portent des vêtements particuliers avant un spectacle ou gardent un porte-bonheur dans leur loge ou en arrière-scène. Avant la levée du rideau, il y a des interprètes qui se tiennent l'un à l'autre par l'auriculaire, d'autres qui entre sur scène du mauvais pied pour s'assurer, lors de leur signal, de lancer le spectacle du bon pied.

Que se produit-il lors d'un pow-wow?

Un pow-wow est un rassemblement de nations autochtones pour une célébration avec du chant, de la percussion et de la danse. Diverses danses sont interprétées lors d'un pow-wow et chacune a une signification, un costume et un insigne distinctif. Les danses les plus populaires pour les femmes comptent la danse à clochettes, la danse du châle d'apparat, la danse du cerceau et la danse traditionnelle. Parmi les danses les plus populaires pour les hommes, il y a la danse traditionnelle, la danse des herbes sacrées, la danse du ruban et la danse du costume d'apparat. L'aire de danse est circulaire et se nomme arbor. Les pow-wow sont parfois aussi des occasions pour des compétitions de danse ; les interprètes sont divisés selon l'âge, le sexe et le style de danse.

Le salon vert est-il vert?

Parfois, mais pas toujours. Le salon vert est une pièce confortable et tranquille à l'arrière-scène où les interprètes se détendent avant, pendant et après le spectacle. Ils y reçoivent aussi leurs amis et familles. Personne ne sait au juste pourquoi la pièce s'appelle le salon vert, mais elle s'inscrit dans la tradition du théâtre depuis des centaines années. Certains croient qu'il s'agit d'une référence à l'époque où le théâtre était présenté à l'extérieur, « sur le vert ». Plutôt que de souhaiter « merde » ou « bonne chance » avant un spectacle, il est possible de dire « on se voit sur le vert » ce qui veut dire : nous ferons le spectacle et nous nous retrouverons sans incident dans le salon vert.

Pourquoi y a-t-il si peu d'hommes et de garçons en danse?

Selon de nombreuses personnes, c'est parce que le point de vue traditionnel de la culture occidentale veut que la danse, surtout le ballet classique, soit une activité essentiellement féminine. Certains parents découragent leur fils de suivre des cours de danse même lorsqu'il présente du potentiel ou une aptitude pour la danse. Toutefois, il y a eu et il y a toujours des hommes parmi les meilleurs interprètes au monde. Les interprètes masculins, dont Mikhail Baryshnikov, sont admirés pour leur force, leur élégance, leur agilité et leur musicalité, et rien de moins que leur masculinité. Personne n'affirmerait qu'il soit facile d'être le seul garçon dans un cours de danse. Néanmoins, afin d'avoir une vie riche et satisfaisante, chacun se doit de poursuivre sa passion, sans se soucier de ce que disent ou pensent les autres.

L'interprétation crée-t-elle réellement une dépendance?

Oui et non. Dans l'optique de la médecine, la danse et l'interprétation ne créent absolument pas de dépendance. Toutefois, nombre d'interprètes parlent d'une ivresse que provoque l'interprétation en spectacle. En dansant, le corps produit des endorphines, substances dans le cerveau responsables de la bonne humeur. Les endorphines agissent aussi comme analgésiques naturels, alors même après des heures de répétitions ardues, l'interprète ne sent pas forcément la douleur dans ses muscles et articulations lorsqu'il est sur la scène. Une fois qu'ils se mettent à danser, bien des gens ont de la difficulté à s'arrêter parce qu'ils éprouvent tellement de plaisir. Difficile de remplacer la danse : peu d'activités provoquent une telle sensation de bien-être.