Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Comment naît la danse

Avis d'experts

Si vous contemplez une carrière en danse ou vous intéressez à cette forme d'art en spectateur néophyte, vous êtes au bon endroit pour obtenir des conseils!

Artsvivants.ca Danse est heureux de vous présenter ces entrevues filmées sur vidéo avec quelques-uns des artistes de danse les plus talentueux du Canada et du monde :

Pour visionner les entrevues de chacun de ces artistes (et de plusieurs autres!) ou lire des transcriptions complètes de ces entrevues, rendez-vous à la Médiathèque.

Karen Kain

Directrice artistique, Ballet national du Canada
Question : Quel conseil donneriez-vous à des danseurs de la relève?

Réponse : Je leur dirais de considérer leurs propres habiletés avec lucidité et honnêteté, et de faire confiance aux personnes qui leur donnent des conseils avisés. Écoutez les personnes d'expérience qui connaissent bien la danse. C'est une carrière semée d'embûches, quels que puissent être vos talents et votre formation. Vous devez entrer dans la danse avec les yeux ouverts : de cette façon, vous ne serez pas rongés par la colère et l'amertume quand tout sera fini, ce qui viendra bien assez tôt. Et vous ne serez pas fâchés ou déçus de ne pas être riches et célèbres.

Je pense que pour les personnes qui la pratiquent professionnellement, la danse est une vocation. Ce serait une vie bien trop dure, autrement. Mais si vous ressentez vraiment cet appel intérieur, il n'y a pas de plus belle vie! C'est alors un vrai bonheur de danser.

haut de la page

Jérôme Bel

Directeur artistique, Jérôme Bel
Question : Quel conseil donneriez-vous aux artistes de la relève en danse?

Réponse: Je conseille aux jeunes d'aller tout voir. Absolument. Quand on fait ce métier-là, il faut savoir ce que font les autres. Même si vous ne l'aimez pas, même si vous trouvez que c'est nul, mais justement ça vous intéresse. Pour moi, il y a des spectacles très, très mauvais mais qui m'ont beaucoup plus servi que de bons spectacles parce que je dis : « Mais ça, je ne veux vraiment pas faire ça, et voilà pourquoi je ne veux pas faire ça...» Et donc je peux me situer par rapport à des choix de collègues, disons, et je précise, petit à petit, quel est mon projet artistique.

haut de la page

Nova Bhattacharya

Danseuse et chorégraphe
Question : Quel conseil donneriez-vous à un danseur ou une danseuse de la relève qui veut faire carrière en danse?

Réponse : Considérez l'équilibre de l'univers, comme je dis toujours. Vous devez comprendre que vous allez vivre des joies incroyables, des moments d'élévation et d'exaltation incroyables sur scène. Mais il y aura aussi des déceptions et des occasions manquées. Il ne faut pas vous laisser démonter. Si vous voulez vraiment danser, alors suivez votre cour et dansez.

Question : Quel conseil donneriez-vous aux spectateurs qui s'initient à la danse?

Réponse : Je pense que ce serait formidable si les gens abordaient la danse, comme forme d'art, de la même façon qu'ils abordent la musique. On entend dire « j'aime la pop, mais pas la musique country » ou « j'aime la musique classique mais je n'aime pas le jazz ». Mais vous n'entendrez pas souvent quelqu'un sortir d'un concert de honkey-tonk qu'il n'a pas aimé en affirmant : « C'est fini! Je déteste la musique! Je n'écouterai plus aucune musique jusqu'à la fin de mes jours! » Pour une raison qui m'échappe, les gens traitent souvent la danse de cette façon. Ils vont voir un spectacle de danse qu'ils n'aiment pas ou en entendent parler par quelqu'un d'autre qui n'a pas aimé, et ils lèvent les yeux au ciel en disant : « Je n'aime pas la danse. Je n'y comprends rien. On ne me prendra plus à aller voir un spectacle de danse. »

J'encouragerais seulement les gens à prendre conscience que, de même qu'il existe de nombreux genres musicaux différents, il existe aussi de nombreuses formes de danse. Il y a beaucoup d'artistes de danse très différents les uns des autres, et ce n'est pas parce que vous n'avez pas apprécié un spectacle que vous n'aimerez pas le prochain. J'aimerais que les auditoires soient plus ouverts à l'étendue et à la diversité de la danse.

haut de la page

Marc Boivin

Danseur
Question : Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui envisage une carrière en danse?

Réponse : Essayez de déterminer d'où proviennent votre passion pour la danse et votre désir de danser. Si ça part du plus profond de vous et si vous pensez que ça peut vous amener loin, alors nourrissez-le. Laissez [votre passion] vous transporter. En même temps, tâchez de garder la tête froide, de maintenir un esprit rationnel, de sorte que cette part essentielle de vous-même puisse vraiment vous soutenir dans votre démarche. Vous en aurez besoin.

Question : Quel conseil donneriez-vous aux garçons qui commencent à danser?

Réponse : La danse est beaucoup une question de présence physique au monde. Elle mobilise tout votre être, dans un rapport physique au monde qui vous entoure, que ce soit d'une façon subtile ou abrupte, sauvage ou calme, ou complètement folle, peu importe! La danse, c'est ça. J'inviterais tous les garçons à danser, tout simplement, et à s'amuser. Essayez!

Aux garçons qui pratiquent déjà la danse, je conseillerais d'éviter de vous laisser séduire par la chance incroyable que vous avez, du fait qu'il y a très peu de garçons et beaucoup de filles dans ce champ d'activité. Ayez une attitude équilibrée, de manière à ne pas perdre de vue le travail artistique et l'œuvre à bâtir. Ce ne sera pas toujours facile, parce que les occasions de vous laisser charmer ne manqueront pas tout au long de votre carrière.

haut de la page

Peter Boneham

Directeur artistique, Le Groupe Lab de danse
Question : Quel conseil donneriez-vous à des artistes de la relève en danse?

Réponse : «  Pourquoi? » C'est la première question que je leur poserais. « Pourquoi voulez-vous faire ça? » Parce que [la danse] est un monde terrible. Certains des plus grands artistes de la danse moderne que je connaisse gagnent à peine vingt mille dollars par année ; il n'y a aucune sécurité dans ce métier. Alors, il faudrait que je voie la passion dans ce jeune artiste. Et si la passion n'y est pas, je lui demanderais: « Pourquoi veux-tu faire ça? » Il faut vraiment que je voie cette passion, parce que des jeunes danseurs viennent sans cesse me voir pour me demander : « Est-ce que je peux devenir un danseur? » Et je ne peux pas répondre à cette question. C'est à vous de me le dire. Parce que si vous voulez vraiment devenir danseur ou danseuse, alors vous allez y arriver.

Je m'intéresse à l'intelligence de la personne et à ce que signifie réellement pour elle la vie [d'artiste professionnel de la danse]. À un moment donné, il faut que cette vie représente tout pour elle. Mon conseil serait donc de s'efforcer de toujours garder une attitude positive, mais il est important que les artistes regardent bien en face l'univers dans lequel ils veulent évoluer, et s'assurent que c'est vraiment le genre de vie qu'ils veulent embrasser. Et alors, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les aider!

haut de la page

Ric Brown

Danseur
Question : Quel conseil donneriez-vous à un jeune danseur ou une jeune danseuse qui veut faire carrière e n danse?

Réponse : Faites-le. Et croyez en vous. Ce n'est pas facile. Pas facile du tout. Vous ne savez jamais si on va vous engager ou s'il va y avoir une prochaine fois. Mais si vous croyez en vos moyens et travaillez très fort, vous allez y arriver.

top of page

Celia Franca

Directrice artistique fondatrice du Ballet national du Canada
Question : Quel conseil donneriez-vous aux artistes de la relève en danse?

Réponse : Ne faites pas ça! [Rires.] C'est une vie très dure. C'est très exigeant, physiquement et sur le plan émotif. Et ça demande énormément de temps. On vit pour la danse, on respire la danse, on danse même dans ses rêves. À moins que vous ne soyez vraiment amoureux du ballet, ne vous engagez pas là-dedans.

 

 

haut de la page

Jean Grand-Maître

Directeur artistique et chorégraphe, Alberta Ballet
Question : Quel conseil donneriez-vous aux artistes de la relève en danse?

Réponse : De travailler fort. Il faut complètement se donner à ce qu'on fait. Il faut sentir une urgence de dire ce qu'on a à dire ; sentir que si on ne le fait pas, on a un énorme vide dans notre vie. Alors, c'est ça. Il faut qu'il y ait cette urgence-là de vouloir dire quelque chose. Il faut vouloir dire quelque chose de façon différente. Il faut avoir quelque chose à dire. Je vois beaucoup de jeunes créateurs qui ont des styles nouveaux, c'est flyé, c'est moderne, c'est contemporain mais ce qu'ils ont à dire, on l'a déjà entendu, ça devient presque cliché. Alors, s'il fallait aller au cour des choses, au cour de ce qu'on aimerait dire, je crois [qu'il s'agit] de travailler très, très fort et de ne jamais lâcher, d'être très autocritique et aussi d'avoir une perspective de développement, de savoir d'où on vient, où on en est et vers quoi on s'en va. C'est un gros travail. Et moi, ça fait maintenant presque dix-huit ans que je fais de la création et j'arrive à peine à comprendre aujourd'hui la structure de la création, comment on arrive à vraiment s'isoler, trouver un vocabulaire qui nous est propre, une signature à nous et ça, c'est tout le travail qu'on a à faire et pour ça, il faut une grande détermination.

haut de la page

Christopher House

Directeur artistique et chorégraphe : Toronto Dance Theatre
Question : Quel conseil donneriez-vous à un(e) chorégraphe de la relève?

Réponse : Je peux seulement parler du chemin que j'ai moi-même parcouru ; mais je pense qu'en apprendre le plus possible, s'éduquer autant qu'on peut, c'est probablement la voie à suivre à long terme. Je pense que tous les artistes ont une réserve initiale d'images personnelles, d'élans émotifs et intellectuels. Si vous êtes un artiste débutant, vous allez affirmer votre personnalité tôt ou tard, et cette affirmation sera souvent intuitive et spontanée. Mais si vous voulez dépasser la surface et vous affirmer de façon plus forte, plus profonde et universelle, vous allez devoir travailler très fort sur les deux aspects de votre art, à moins que vous n'ayez une chance incroyable et des dons prodigieux. L'un des aspects consiste à peaufiner votre art et votre habileté à exprimer vos idées, et l'autre à développer la persévérance et le courage nécessaires pour rester fidèle à ce que vous considérez comme l'essence de votre vision artistique.

Question : Quel conseil donneriez-vous à des spectateurs qui s'initient à la danse?

Réponse : Si vous vous initiez à la danse en spectateur, je crois qu'il est important de prendre conscience qu'en allant voir un spectacle, vous investissez en fait dans un plaisir futur. Considérant qu'il faut parfois plusieurs écoutes pour apprécier un genre de musique auquel on n'est pas habitué, je pense qu'il est normal de s'attendre à la même chose quand on découvre l'art de la danse, surtout dans le cas d'ouvres plus exigeantes.

L'essentiel est d'en voir le plus possible, mais aussi de vous assurer de découvrir les meilleures pièces auxquelles vous pouvez avoir accès, parce qu'une chorégraphie vraiment forte vous append à regarder la danse bien plus efficacement que peut le faire une chorégraphie plus ordinaire. Ça me paraît tomber sous le sens, de la même façon que des toiles de maîtres en ont beaucoup plus long à vous apprendre sur le grand art que vos dessins de cinquième année.

haut de la page

Louise Lecavalier

Danseuse
Question : Quel conseil donneriez-vous à un danseur ou une danseuse qui veut faire carrière en danse?

Réponse : Il m'est difficile de donner des conseils parce que quand j'ai commencé à danser, je ne suivais aucun conseil. Je m'en remettais entièrement à mon instinct. Je dirais donc de faire confiance à vos sentiments. Travaillez fort, mais si le travail ne vous apporte aucune satisfaction, allez travailler dans un autre domaine. Pour ma part, j'ai travaillé très fort, mais c'est parce que j'adorais ça. Personne ne m'a jamais forcée à le faire. J'en ai tellement retiré que c'était un vrai plaisir de travailler autant.

Aussi, doutez de tout ; remettez les choses en question! Interrogez même les plus grands professeurs. Absorbez tout ce que vous pouvez : apprenez, apprenez et apprenez encore, mais doutez toujours. Ne croyez pas que quelqu'un possède la science infuse et que vous ne savez rien.

haut de la page

Édouard Lock

Directeur artistique, La La La Human Steps
Question : Quel conseil donneriez-vous à un artiste de la relève en danse?

Réponse : S'ils veulent venir me voir, je me ferai un plaisir de donner mes conseils. Je ne crois pas que ça existe, un conseil qui est généralisé, qui va fonctionner pour tout le monde. Alors je lance l'appel, si vous voulez me parler d'un conseil spécifique, je l'adapterai à la personne à qui je parle. Je ne pense pas que ça existe, un série de conseils qui vont marcher pour tout le monde.

Question : Quel conseil donneriez-vous à un spectateur ou une spectatrice, jeune ou moins jeune, qui s'initie à la danse contemporaine?

Réponse : Je crois que le seul conseil que je pourrais leur donner, c'est de venir et ressentir ce qu'ils ont à ressentir. Vous savez, il ne faut pas penser qu'il y a une certaine façon d'agir ou d'être quand on voit un spectacle de danse. Comme je dis plutôt, le public est un groupe égoïste qui va aller chercher ses intérêts d'une façon personnelle. Donc, un spectacle va toucher quelqu'un ou ne va pas toucher quelqu'un. Ce qui est important, par contre, à réaliser, c'est que quand on dit « est-ce que vous aimez la danse? », on ne dit rien. Pas plus que si on dit « est-ce que vous aimez la musique? ». Si je me présente à quelqu'un dans la rue et je lui demande « est-ce que tu aimes la musique? », il va me dire : « Tu parles de quelle musique? Quel style, quel genre, quel compositeur, quel instrument, quelle époque? » Si par contre je me présente et je pose la même question, « est-ce que vous aimez la danse? », à quelqu'un, pas tout le monde, mais quelques personnes vont me répondre oui ou non, comme si j'avais dit quelque chose, alors qu'en fait je n'ai rien dit. Ce qui devrait être dit aux gens, c'est : « Vous allez voir un spectacle de danse par quelqu'un ». « Vous allez voir un point de vue chorégraphique avec un point de vue d'une interprète. » Ça va vous plaire ou ça ne va pas vous plaire. Si ça vous plaît, tant mieux et si ça ne vous plaît pas, allez voir un autre spectacle. Mais c'est sûr que quelque part dans la danse, vous allez trouver quelque chose qui vous plaît. C'est impossible de dire le contraire.

haut de la page

Tedd Robinson

Directeur artistique, 10 Gates Dancing
Question : Quel conseil donneriez-vous à un(e) jeune chorégraphe de la relève?

Réponse : Je travaille beaucoup avec de jeunes chorégraphes, et je les encourage en premier lieu à développer leur propre vocabulaire et à trouver leur propre façon de s'exprimer. Je les aide à sortir ce qu'ils ont ici [il pointe son front]. Nous avons tous tendance, quand nous voyons quelque chose qui fonctionne, à nous dire : « Eh! bien, ça marche, ce truc! Je vais m'en servir ici! » Mais ça ne vient pas de la personne. Ça vient d'ailleurs, et la personne décide de s'en servir en le transplantant dans un autre contexte. Ce peut être une certaine phrase chorégraphique qu'ils ont apprise dans une classe de danse et qu'ils ont aimée. Mais la chorégraphie ne consiste pas à faire étalage de ce que vous aimez : il s'agit de trouver ce qui fonctionne et qui part réellement de vous. La plupart des jeunes chorégraphes ont tendance... je ne sais pas comment le formuler... en fait, ceux qui sont vraiment intéressants, ceux dont on peut dire, habituellement dès leurs premières pièces, qu'ils seront SÛREMENT des chorégraphes intéressants à surveiller, ce sont ceux qui ont un style à eux, une façon vraiment personnelle de s'exprimer.

haut de la page