Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Rendez-vous artistiques

Biographie

Isadora Duncan

émotion / spiritualité / « Danseuse de l’avenir »

(1877-1927)

Américaine de naissance, Isadora Duncan est une figure majeure de la danse moderne. Elle a puisé dans les idées esthétiques et sociales de son temps pour se forger un style éminemment personnel.

À l'exemple des disciples du professeur français François Delsarte et des partisans de la réforme vestimentaire, Duncan s'est débarrassée de son corset pour porter des tenues amples et vaporeuses, inspirées de la Grèce antique. Elle se distinguait de la plupart de ses contemporains en créant ses danses sur des musiques classiques qui n'avaient pas été écrites pour la danse, un choix audacieux à l'époque.

Son art chorégraphique, fait de poses gracieuses et d'images séduisantes, manifestait un goût pour la beauté picturale hérité du XIXe siècle. Elle se démarquait toutefois, comme danseuse, par son exceptionnelle habileté à transmettre les émotions au cœur de la musique. Elle excellait aussi à exprimer sa spiritualité par le mouvement. Dans son essai La Danse de l'avenir, Duncan exprimait la conviction que la danse devait étreindre la gravité, non la défier, et que tout mouvement prenait naissance dans le plexus solaire.

Duncan a récolté ses premiers succès de danseuse de concert en Angleterre en 1899. En 1905, elle a ouvert une pension pour jeunes filles en Allemagne, et l'a déménagée plus tard à Paris. L'art de Duncan a été profondément transformé par la mort accidentelle de ses deux enfants, en 1913, et par le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Des œuvres comme son Ave Maria (1927) montraient une facette plus sombre et contemplative de son art que ses danses antérieures.

Après la Révolution russe de 1917, Duncan a vécu quelque temps en Union soviétique. Dans sa Marche slave (1917), elle exprimait sa sympathie pour la cause révolutionnaire. Elle est morte tragiquement, en 1927, quand la longue écharpe qu'elle portait s'est prise dans une roue de sa voiture et l'a étranglée.

Sites Web :

Isadora Duncan Dance Foundation (anglais seulement)

Pour en savoir plus :

Lever, Maurice, Isadora Duncan – Roman d’une vie, Paris, Perrin, 2000.

Duncan, Isadora, The Art of the Dance, New York, Theater Arts Books, 1928.

---. My Life, New York et Londres, Boni and Liveright, 1927 ; traduction française : Ma vie, Paris, Gallimard, 1969.

Kurth, Peter, Isadora: A Sensational Life, New York, Little, Brown and Company, 2001.