Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Rendez-vous artistiques

Biographie

Yvonne Rainer

Judson Dance Theater / Grand Union / écrits sur la danse

(1934- )

Yvonne Rainer a étudié la danse à New-York avant de fonder avec d'autres le groupe Avant-garde Dance, au Judson Dance Theater, en 1962. Elle a fait partie des membres fondateurs du collectif de création Grand Union. En 1965, M me Rainer a publié un manifeste qui a fait école, invitant les artistes à rejeter le spectacle, la virtuosité et tous les autres types d'artifices de la danse. Cette esthétique révolutionnaire qui se dépouille du superflu apparaît en filigrane dans Room Service (1964), œuvre chorégraphique créée par Yvonne Rainer et le sculpteur Charles Ross.

Le vocabulaire qu'elle utilise dans ses chorégraphies est constitué en grande partie de mouvements sans fioritures de « non‑danse », plutôt « pédestres », comme la marche. Parmi les œuvres marquantes de ses débuts qui rejettent les normes traditionnelles imposées aux danseurs, citons Three Satie Spoons (1961) et Continuous Project—Altered Daily (1969). Cette dernière pièce, qui met en scène un groupe de danseurs improvisant les séquences de mouvements à mesure qu'ils entreprennent diverses tâches qui leur sont confiées avec des objets, a été intégrée au programme du Festival international de nouvelle danse à Montréal en 2001. Une autre œuvre, Trio A (1966), s'écarte de la même manière de la plupart des repères établis de la chorégraphie que sont la trame musicale, les éléments narratifs habituels de l'intrigue et le développement de personnages, ainsi que de la théâtralité évidente. Au contraire, M me Rainer se produit en vêtements de ville et ne regarde pas les spectateurs. Trio A est devenu une œuvre emblématique de la danse postmoderne, qui a influencé de nombreux chorégraphes venus après elle et bousculé les orthodoxies sur la façon d'accueillir, de documenter et de comprendre la danse.

Au début des années 1970, Mme Rainer a renoué avec la trame narrative et donné une dimension politique à son œuvre. Elle a abandonné le monde de la danse en 1974 pour se consacrer à la réalisation cinématographique, afin de travailler avec un outil plus permanent que le mouvement. Néanmoins, l'expérimentation, le morcellement, la juxtaposition inhabituelle et une démarcation ou une rupture éloquente avec les postulats esthétiques, sont des éléments que Rainer a transposés de la danse à l'écran dans des œuvres comme Lives of Performers (1972), Film about A Woman Who… (1974), Kristina Talking Pictures (1976), Journeys from Berlin/1971 (1980), The Man Who Envied Women (1985), Privilege (1991) et Murder and Murder (1996).

En 2000, Yvonne Rainer est revenue à la danse pour honorer une commande de la Baryshnikov Dance Foundation, une pièce d'une demi-heure intitulée After Many a Summer Dies the Swan pour le White Oak Dance Project. En 2005, elle a réalisé une danse de 17 minutes pour quatre femmes intitulée Indexical, with a little help from H.M.

Pour en savoir plus :

Rainer, Yvonne. « Ages of the Avant-Garde », Performing Arts Journal n o  16 (janvier 1994), p. 33-35.

---, Feelings Are Facts: A Life, Cambridge. MA,   M IT Press, 2006.

---, The Films of Yvonne Rainer, Bloomington, IN, Indiana University Press, 1989.

---, A Woman Who: Essays, Interviews, Scripts, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 1999.

---, Work, 1961-1973, Halifax, Nouvelle-Écosse, Press of the Nova Scotia College of Art and Design, 1974.

Banes, Sally, Terpsichore en baskets, Post-modern dance, traduction française de Denise Luccioni, Paris, Chiron / Centre national de la danse, 2002.

Chapuis, Yvane, Yvonne Rainer, Laurence Louppe et al.,