Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Rendez-vous artistiques

Biographie

Bronislava Nijinska

Ballets Russes / chorégraphie moderniste / thèmes liés au sexe

(1891-1972)

Bronislava Nijinska est une des plus importantes chorégraphes féminines du début du 20e siècle. Comme son grand frère Vaslav Nijinsky, Nijinska est associée aux Ballets Russes, la compagnie lancée par Serge Diaghilev qui présente la danse moderniste et révolutionnaire.

Une des œuvres les plus importantes de Nijinska pour les Ballets Russes s'intitule Les Noces (1923). Monté sur la musique d'Igor Stravinski, Les Noces raconte l'histoire des noces de deux paysans russes. Les Biches (1924) met en vedette des costumes et des décors à l'image de la mode de la haute société. Le ballet explore les thèmes interdits de la transgression des sexes et des relations lesbiennes, et présente des personnages féminins qui émanent la confiance sexuelle.

Une autre pièce de 1924, Le Train bleu, représente une scène de plage de la Côte d'Azur. C'est une collaboration entre Nijinska et plusieurs artistes de renom de l'époque. Le dramaturge français Jean Cocteau fournit le scénario, la conceptrice de mode Coco Chanel crée les maillots de bain et vêtements sports portés par les interprètes, et Pablo Picasso crée un large rideau pour le cadre de la scène qui présente deux figurants qui s'élancent sur une plage.

Après qu'elle quitte les Ballets Russes, Nijinska lance plusieurs compagnies de ballet et est engagé pour créer ou remonter ses chorégraphies pour d'autres troupes, y compris le Markova-Dolin Ballet. Finalement, elle prend sa retraite aux États-Unis. Dans les années 1960, Frederick Ashton du Royal Ballet invite Nijinska à monter Les Biches pour sa compagnie, ravivant ainsi l'intérêt pour sa chorégraphie.

Pour en savoir plus :

NIJINSKA, Bronislava. Early Memoirs, traduit par et réalisé sous la direction de Irina Nijinska et Jean Rawlinson, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1981.