Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

Rendez-vous artistiques

La danse au Canada : un grand art protéiforme

par Michael Crabb

Puisque le mouvement rythmique du corps est instinctif, il est possible de dire qu'il y a de la danse au Canada depuis que les gens habitent le pays. La danse vient naturellement à l'humain. Toutefois, la danse en tant que forme théâtrale de divertissement, et surtout la danse professionnelle, sont beaucoup plus récentes au Canada et découlent de traditions importées.

Les premiers explorateurs européens ont été initiés aux danses des Premières nations. Tandis que certains explorateurs auraient été intrigués par ces danses, la progression de la colonisation entraîne la primauté de formes de danse importées. À l'époque coloniale, les maîtres à danser européens enseignent aux filles de familles fortunées, et les spectacles de troupes venues d'ailleurs, bien que peu fréquents, connaissent un succès populaire.

Grâce à leur croissance au cours du 20e siècle, les villes canadiennes s'ajoutent au parcours des tournées nord américaines. Multiples grands artistes et grandes compagnies venus de l'étranger, dont Anna Pavlova, se présentent au Canada et aident à élargir l'intérêt régional pour la danse.

Le ballet classique est particulièrement favorisé. Il s'agit alors de la forme de danse théâtrale la plus importante en Europe et la majorité des immigrants au Canada viennent de l'Europe. C'est ainsi pour la plupart des enseignants de la danse au niveau professionnel, tel Boris Volkoff. Cependant, faute de troupes professionnelles au Canada, leurs meilleurs élèves doivent chercher du travail à l'étranger.

À partir de la fin des années 1930, une succession d'immigrantes versées en danse, toutes des femmes, ont la perspicacité inédite de voir le potentiel de changer l'état de la danse professionnelle au Canada. Gweneth Lloyd, Betty Farrally et Celia Franca d'Angleterre, et Ludmilla Chiriaeff de Lettonie, sont capitales à la fondation du ballet classique professionnel au Canada. Les fruits des efforts de ces pionnières et de d'autres se manifestent encore aujourd'hui avec le Royal Winnipeg Ballet, le Ballet national du Canada et Les Grands Ballets Canadiens de Montréal.

Ces trois compagnies phares et leurs écoles respectives frayent le chemin pour le ballet classique professionnel et la danse en général au Canada. Dès la fin des années 1950, ces compagnies se présentent en tournée à l'étranger.

La danse produit des chorégraphes et, à compter des années 1960, nombre de canadiens, notamment Brian Macdonald, lancent la réputation internationale du Canada pour l'innovation en danse, réputation qui perdure.

À partir de la fin des années 1950, la décision de tous les niveaux du gouvernement d'investir dans la culture canadienne est d'une importance première pour le progrès de la danse professionnelle. Le Conseil des Arts du Canada, en particulier, permet à la danse de prendre son envol.

Des compagnies ouvrant dans une variété de genres contemporains émergent dès le début des années 1970, à Toronto, à Winnipeg et à Vancouver. Des artistes, dont Danny Grossman, Patricia Beatty, Rachel Brown, Paula Ross et Anna Wyman fondent des compagnies, dont plusieurs existent encore aujourd'hui. Montréal se démarque singulièrement comme chef de file de l'expérimentation et de l'innovation grâce aux ouvres d'artistes comme Jeanne Renaud et Jean-Pierre Perreault.

Aujourd'hui, la diversité culturelle du Canada se reflète dans le succès d'artistes de la danse théâtrale qui travaillent à partir de traditions de l'Asie du Sud, de l'Afrique, de l'Ukraine et des Premières nations, y compris Menaka Thakkar et Zab Maboungou. Certains artistes travaillent dans les styles classiques et d'autres choisissent des styles contemporains.

De plus en plus, les artistes de la danse canadiens témoignent de respect pour diverses formes d'expression et désirent apprendre de nouvelles façons de bouger. Ils entreprennent aussi des collaborations uniques qui promeuvent le partage entre une vaste gamme de disciplines, de styles et de cultures. Grâce à ces nouvelles approches, la danse au Canada devient un art protéiforme d'une richesse extraordinaire.