Ce site sera beaucoup plus agréable à explorer avec un navigateur qui correspond aux standards du Web, mais il est accessible à tout navigateur ou autre logiciel de navigation sur Internet.

 

Les grands scénographes et concepteurs

Sebastiano Serlio | Nicolo Sabbatini | Ferdinando Galli-Bibiena |
Adolphe Appia |Caspar Neher | Jo Mielziner | Christian Bérard | Josef Svoboda |
Ezio Frigerio | Richard Peduzzi |

Sebastiano Serlio (1475-1554)

Décors de comédie, de tragédie et de pastorale tels que codifiés par Sebastiano Serlio dans son Second Livre de perspective, publié à Lyon en 1545.

Sebastiano Serlio a marqué la première moitié du seizième siècle par ses idées nouvelles. Ce n’est que vers la fin de sa carrière que cet architecte et sculpteur italien s’intéresse à la construction des scènes de théâtre. À soixante-cinq ans, il quitte son pays pour s’établir en France où il devient l’architecte en chef du roi François 1er. Il écrit un ouvrage important sur la perspective, c’est-à-dire l’art de représenter des objets à trois dimensions sur une surface plane. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des premiers à aborder la construction des scènes de théâtre. En s’appuyant sur les idées de Vitruve, un architecte de l’antiquité romaine, Serlio innove avec le point de fuite central. Les scènes de Serlio sont construites en fonction de ce point vers lequel toutes les lignes du décor convergent. Il sera aussi le premier à utiliser le terme « scénographie ». Serlio exploite davantage l’espace de la scène et l’éclairage pour donner une impression de profondeur à ses décors. Il ne se limite pas à la toile de fond, très populaire à son époque. Avec ses innovations techniques, Sebastiano Serlio a eu une grande influence sur l'architecture théâtrale de son temps.

Décors de comédie, de tragédie et de pastorale tels que codifiés par Sebastiano Serlio dans son Second Livre de perspective, publié à Lyon en 1545.
Décors de comédie, de tragédie et de pastorale tels que codifiés par Sebastiano Serlio dans son Second Livre de perspective, publié à Lyon en 1545.

Sur Sebastiano Serlio :

  • Sebastiano Serlio, architecte de la renaissance [Sebastiano Serlio, architetto] par Sabine Frommel, Gallimard.

haut de la page

Niccolo Sabbatini (1574-1654)

Plan d’une machine de théâtre pour faire descendre sur scène un nuage (portant habituellement des dieux).

Architecte et scénographe italien, Niccolo Sabbatini a conçu non seulement des théâtres et des décors, mais aussi un port, rien de moins! Lorsqu’il imagine des décors, il affectionne la présence de nombreux détails ornementaux. Il compte parmi l’un des premiers à apporter un peu de magie sur les scènes car il met beaucoup d’efforts à ajouter du mystère et de l’illusion en utilisant une machinerie théâtrale élaborée. Grâce à ses procédés mécaniques et sonores, il arrive par exemple à représenter sur scène la mer et les intempéries en créant des effets visuels qui se servent de la lumière d’une façon complexe pour l’époque. Il découvre aussi un principe encore utilisé aujourd’hui : l’œil du prince. Il s’agit de la place dans la salle d’où l’on peut le mieux voir le spectacle. Ce point de vue idéal désigne l’endroit où la perspective offerte par le décor est la plus réussie. Le siège en question, souvent envié, se situe normalement à peu près au centre du septième rang d’une salle de théâtre. Les inventions de Niccolo Sabbatini ont influencé de façon durable les éclairages et la machinerie théâtrale.

Par Niccolo Sabbatini :

  • Pratiques pour fabriquer scènes et machines de théâtre [Pratica di fabbricar scene e macchine ne ‘teatri, 1637], Ides et Calendres

haut de la page

Ferdinando Galli-Bibiena (1657-1743)

Issu de la deuxième génération d’une talentueuse et illustre famille d’architectes et de peintres italiens, Ferdinando Galli-Bibiena invente une nouvelle manière de construire en perspective. Il va littéralement redéfinir les fondements de sa profession. Pour accentuer l’impression de profondeur sur ses scènes, Galli-Bibiena invente une méthode qu’il appelle la vue sur l’angle. Cette importante découverte va rendre complètement dépassées de nombreuses procédures très répandues à l’époque. Sa plus grande innovation est de décentrer le point de fuite central, découvert par Sebastiano Serlio, en le remplaçant plutôt par une perspective dite oblique. Les scénographies qu’il conçoit en accord avec cette nouvelle manière ont l’avantage de ne plus enfermer le regard : elles offrent une représentation plus dynamique, plus près de la réalité. On y retrouve, chose inconcevable à l’époque, des lignes asymétriques et infinies. Les décors ainsi conçus donnent l’impression au spectateur qu’il partage l’espace scénique avec les personnages de la pièce. Ayant beaucoup influencé ses contemporains, les découvertes de Ferdinando Galli-Bibiena auront aussi un impact considérable sur les générations suivantes, d’autant plus que ses quatre fils poursuivront le travail entrepris par leur père.

haut de la page

Adolphe Appia (1862-1928)

Dessin de décor d'Adolphe Appia pour drame wagnérien : remarquez la pleine utilisation des trois dimensions et l’absence d’éléments réalistes ou pittoresques.

Les recherches d’Adolphe Appia ont transformé l’ensemble des arts de la scène. Scénographe et metteur en scène suisse, il accorde une importance au texte et à l’acteur, indissociables pour lui du décor et de l’éclairage. Auteur de nombreux ouvrages, ses réflexions concernent la manière idéale d’accorder les différentes composantes d’un spectacle de théâtre pour y créer une harmonie, un peu comme en musique, art qu’il affectionne particulièrement. Il dessine une multitude d’esquisses de décor qui vont, elles aussi, exprimer sa conception révolutionnaire de la représentation. Appia considère l’acteur comme l’élément premier, celui duquel tout le théâtre doit découler. Il refuse l’utilisation de toiles peintes réalistes en fond de scène. Les scénographies géométriques et pures qu’il imagine ont besoin pour exister d’être habilement éclairées. On y retrouve des formes horizontales et d’autres verticales, des escaliers et des surfaces inclinées. Ces constructions, où tout est précisément calculé, ne se veulent pas conformes à la réalité et traduisent plutôt la vision des personnages. Plus près des idées que de la pratique, Appia a tout de même recherché toute sa vie à employer au maximum les possibilités offertes par l’espace et le corps de l’acteur. Il a été un modèle pour de nombreux metteurs en scène, tels Max Reinhardt et Jacques Copeau.

Par Adolphe Appia :

  • La musique et la mise en scène, La mise en scène du drame wagnérien et L’œuvre d’art vivant dans Œuvres complètes (6 vol.), L’Âge d’homme.

Sur Adolphe Appia :

  • Adolphe Appia ou Le renouveau de l'esthétique théâtrale par Richard C. Beacham et al., Payot.

haut de la page

Caspar Neher (1897-1962)

Esquisse de Caspar Neher pour la création de L’Opéra de quat’sous de Brecht à Berlin en 1928.

Caspar Neher conçoit des décors qui se démarquent du style très réaliste en vogue dans son pays au début des années vingt. La carrière de ce décorateur allemand est indissociable de celle de l’auteur et metteur en scène Bertolt Brecht, dont il signe les décors des premières pièces. Il participe à la création historique de L’Opéra de quat’sous (1928), considérée aujourd’hui comme la pièce maîtresse de l’auteur. Le contexte politique qui sévit en Allemagne entre 1933 et 1945 force Neher à des réalisations moins suspectes aux yeux des nazis. Il n’a d’autre choix que de cesser d’incarner, dans ses décors, les revendications dont le théâtre de Brecht est chargé. Pendant la guerre, ses scénographies deviennent moins actuelles, s’inspirant davantage de réalisations artistiques déjà existantes. Après la guerre, il reprend sa collaboration avec Brecht, qui s’était exilé pour fuir le nazisme. Il sera de la grande aventure du Berliner Ensemble, compagnie fondée par Brecht et Helene Weigel en 1949, dont le travail rayonnera dans toute l’Europe. Après la mort de Brecht en 1956, il collabore quelque temps avec d’autres metteurs en scène de théâtre, puis reviendra à l’opéra. Les scénographies de Caspar Neher seront à jamais liées à la révolution théâtrale créée par Brecht.

Sur Caspar Neher :

  • Écrits sur le théâtre (2 vol.) par Bertolt Brecht, L’Arche.
  • Journal de travail 1938-1955 par Bertolt Brecht, L’Arche

haut de la page

Jo Mielziner (1901-1976)

Décor de Jo Mielziner pour la création d’Un tramway nommé désir de Tennessee Williams dans une mise en scène d’Elia Kazan au Ethel Barrymore Theatre, à Broadway en 1947. On reconnaît, Jessica Tandy (Blanche Dubois) en blanc au centre et Marlon Brando (Stanley Kowalski), avant-dernier à droite.

Jo Mielziner débute comme scénographe dans les théâtres de Broadway à New York en 1924. Citoyen américain né à Paris, il a conçu les décors ainsi que, dans la plupart des cas, les éclairages de plus de deux cents productions. Parmi ses nombreuses réalisations notons Strange Interlude (L’Étrange intermède) d’Eugene O'Neill, A Streetcar Named Desire (Un tramway nommé désir) de Tennessee Williams. Considéré comme l’un des scénographes les plus influents du vingtième siècle, il a utilisé de façon révolutionnaire les toiles de fond – l’immense pont de Streetscene (La Rue) de Elmer Rice ou les gratte-ciel de Manhattan dans Death of a Saleman (Mort d’un commis-voyageur) d’Arthur Miller – ainsi que les effets de transparence et d’opacité du tulle afin de multiplier les espaces de jeu sur une même scène. Le talent de Mielziner a été utilisé de manière inusitée au cours de la Deuxième guerre mondiale, alors qu’il devenait spécialiste en camouflage pour l'armée de l'air américaine. Dans les dernières années de sa vie, il a été le scénographe attitré de l’un des théâtres les plus réputés de New York : le Vivian Beaumont Theater du Lincoln Center. Avec ses créations, Jo Mielziner a participé au développement de toute une nouvelle dramaturgie américaine.

haut de la page

Christian Bérard (1902-1949)

Célèbre décor de Christian Bérard pour la mise en scène de Louis Jouvet de L’École des femmes de Molière au Théâtre de l’Athénée, 1936. Le muret en coin au centre s’ouvre pour révéler un jardin, ce qui règle le problème des deux lieux de la pièce. Les lustres enlèvent tout réalisme au décor et nous rappellent que nous sommes au théâtre.

Christian Bérard a participé à des spectacles qui ont marqué l’histoire du théâtre. Peintre et décorateur de théâtre français, il a toujours considéré que le décor existe avant tout pour être utile au bon déroulement de l’action dramatique. Chacune de ses scénographies exprimait sa volonté de réduire le décor au minimum. Sur scène, on devait voir uniquement que ce qui doit y être pour que la pièce fonctionne. Grand collaborateur de l’auteur, metteur en scène et cinéaste Jean Cocteau, Bérard a signé son premier décor de théâtre pour l’une de ses pièces importantes : La Voix humaine (1930). C’est par l’entremise de Cocteau que le scénographe fait la rencontre déterminante de l’acteur et metteur en scène Louis Jouvet, pour qui il réalisera plusieurs décors. Tout au long de ses fructueuses associations, ce concepteur demeure au service des pièces pour lesquelles il imaginait des espaces. Rien de gratuit ou d’inutile, rien de strictement esthétique dans les réalisations de ce créateur qui se laissait inspirer jusqu’aux couleurs de son décor par le texte des pièces qu’il abordait. En concevant le décor comme une machine utile à faire du théâtre, Christian Bérard a représenté tout un courant de pensée en scénographie.

Sur Christian Bérard :

  • Christian Bérard par Boris Kochno, Herscher.

haut de la page

Josef Svoboda (1920-2002)

Décor de Josef Svoboda pour le troisième acte de Tristan und Isolde de Wagner au Festival de Bayreuth en 1974. Remarquez l’influence d’ Appia.

 

Véritable sculpteur de lumière, le scénographe tchèque Josef Svoboda est l’une des figures marquantes de l'intégration des technologies de projection d'images au théâtre. Formé en menuiserie et en architecture d'intérieur ainsi qu’en scénographie auprès de Frantisek Tröster, un décorateur tchèque réputé dans son pays, on lui doit plus de six cents scénographies pour le théâtre, le ballet ou l'opéra à travers le monde. Toujours à la fine pointe des techniques et des technologies dans les domaines de la mécanique, de l'optique et de l'électronique, il cherche à équilibrer l’expressivité et le fonctionnement mécanique de la scénographie. Son art se veut une rencontre avec les sciences et il a développé des méthodes et des appareils qui permettent à la scénographie de dépasser les limites du lieu théâtral. Svoboda fait un remarquable travail avec des projections d'images dans des installations multimédias, dont la plus célèbre est la Lanterna Magica qu’il a réalisée pour l’Expo 67 à Montréal. Après avoir signé les scénographies d’un grand nombre d’opéras en République Tchèque et plus d’une centaine de décors pour le compte des principaux metteurs en scène de son pays, il travaille presque exclusivement à l’étranger depuis le début des années soixante-dix.

Sur Josef Svoboda :

  • Josef Svoboda par Denis Bablet, La Cité/L’Age d’homme.

haut de la page

Ezio Frigerio (1930)

Décor d’Ezio Frigerio pour l’opéra Le Nozze di Figaro de Mozart, dans une mise en scène de Giorgio Strehler.

Ezio Frigerio a vécu une complicité artistique unique avec le metteur en scène Giorgio Strehler. Le décorateur, costumier et peintre italien étudie à Milan lorsqu’il fait la rencontre de l’homme dont il sera le principal collaborateur. En 1955, Frigerio devient costumier du théâtre de Strehler, le Piccolo Teatro. Il y signera, entre autres, les costumes de Arlequin serviteur de deux maîtres de Carlo Goldoni en 1956 et deux ans plus tard, y sera nommé décorateur attitré. Frigerio considérait la toile peinte comme l’élément le plus important de l’espace scénique. Reconnu pour l’admirable beauté lumineuse de ses décors, il considère une scénographie comme une œuvre d’art permettant la réalisation d’une pièce de théâtre. Refusant de la considérer comme une chose éphémère, il réclamait une autonomie de la scénographie, une vie qui ne nécessitait ni acteur, ni metteur en scène. Hormis quelques conceptions pour la télévision et le cinéma, Ezio Frigerio s’est consacré au théâtre et à l’opéra en travaillant beaucoup avec Strehler mais aussi avec des metteurs en scène français tels Claude Régy et Roger Planchon. En trente ans de métier Ezio Frigerio a réalisé une quantité impressionnante de décors et de costumes pour près de deux cents spectacles.

haut de la page

Richard Peduzzi (1943)

© Pascal Victor
Scénographie de Richard Peduzzi pour Phèdre de Jean Racine, Odéon-Théâtre de l'Europe, 2003. Présente sur la photo : Dominique Blanc.

Titre : Phèdre

Auteur : Jean Racine

Production : Odéon-Théâtre de l'Europe, 2003

Mise en scène : Patrice Chéreau

Scénographie : Richard Peduzzi

Costumes : Moidele Bickel

Lumières : Dominique Bruguière.

Depuis 1969, Richard Peduzzi réalise toutes les scénographies des spectacles du metteur en scène Patrice Chéreau. Ce scénographe français œuvre dans le domaine de la peinture lorsqu’il rencontre Chéreau en 1967. La relation artistique qui se développe entre les deux créateurs est telle qu’on parle aujourd’hui d’une signature Chéreau-Peduzzi. Ils créent ensemble plusieurs textes d’un auteur français contemporain important : Bernard-Marie Koltès. Peduzzi compte parmi les premiers à réclamer la valeur fondamentale de la scénographie dans le cadre d’un spectacle. Cette part de la représentation, souvent négligée, est pour lui totalement indissociable de la mise en scène. En réclamant cette reconnaissance du rôle primordial de la scénographie, il donne tout son sens et ses lettres de noblesse au métier de scénographe. Son style se caractérise par la représentation sur scène d’éléments d’architectures verticales souvent très imposantes : gratte-ciel, rochers et colonnes immenses. Ces énormes masses sont le symbole, sur scène, des dangers qui guettent les personnages. Souvent mystérieuses et labyrinthiques, les scénographies que Peduzzi signe pour le théâtre ou l’opéra représentent les destins tortueux des personnages. Il considère que, sur scène comme ailleurs, l’espace raconte tout autant que les mots.

Sur Richard Peduzzi :

  • Lorsque cinq ans seront passés de Patrice Chéreau, Ombres.
  • Si tant est que l’opéra soit du théâtre de Patrice Chéreau, Ombres.

haut de la page

Mentionnons en terminant d’autres concepteurs qui pourraient s’ajouter à ceux que nous vous avons présentés :

Giacomo Torelli, Yannis Kokkos, Léon Bask, Gilles Aillaud et André Acquart.